édito

Grèves : un Plan Marshall pour sauver nos TPE !

Marc Sanchez

36 jours. Depuis 36 jours la France est bloquée par les organisations syndicales de salariés, ou plus exactement au nom du refus de certaines catégories de céder, même à très long terme, le moindre privilège sur des systèmes de retraite largement déficitaires. Au nom de la solidarité, celle qui conduit la collectivité à combler leurs déficits, ces catégories se refusent à toute solidarité.

Ce paradoxe, ce sont ceux qui travaillent le plus et le plus longtemps dans ce pays pour des retraites de misère qui en souffrent à ce jour, jusqu’au risque de perdre leur outil de travail. Les artisans et commerçants de proximité, les professionnels libéraux, les dirigeants de TPE risquent de baisser le rideau par dizaines de milliers après treize mois de mouvements sociaux ininterrompus durant lesquels les centres villes sont devenus des lieux de contestation avant d’être des lieux de chalandise.

Face au séisme majeur qui s’annonce pour nos entreprises, essentiellement sinon uniquement porté par le SDI auprès des médias et des pouvoirs publics, Bercy a remis en route les étalements des créances sociales et fiscales déjà annoncées de décembre 2018 à juin 2019. Mais la question est de savoir comment payer ces échéances avec des baisses de chiffre d’affaires de 30% à 60% sur l’ensemble de la période cruciale des fêtes de fin d’année ! A demi conscient de la difficulté, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé de possibles remises intégrales de charges fiscales pour les entreprises qui « risquent de mettre la clé sous la porte » du fait des grèves. En d’autres termes, M. Le Maire propose de ne pas donner le coup de grâce à celles et ceux qui sont déjà à terre et ne seront pas en capacité de se relever, abandonnés par les banques et les fournisseurs, dans l’incapacité de payer leurs charges sociales.

Dans le même temps, M. Le Maire demande à nos entreprises exsangues de mieux payer leurs salariés et annule, pour celles qui le pourraient encore, toute facilité de versement d’une prime de pouvoir d’achat pour nos TPE !

Pour maintenir en activité nos 2,1 millions de TPE et leur 4 millions de salariés, le SDI agit, avec le soutien de ses adhérents, pour la mise en place d’un véritable plan Marshall d’indemnisation des préjudices subis du fait des grèves.

Il est plus que temps, par notre mobilisation au sein du SDI, que nous fassions redescendre ce gouvernement sur terre, au niveau des réalités de nos entreprises !

Marc Sanchez
Secrétaire Général

focus

Grèves : 63% des TPE craignent pour leur survie !

Des baisses supérieures à 30% du chiffre d’affaires pour les commerces de proximité des villes de plus de 50.000 habitants Depuis décembre 2018, les centres villes sont le théâtre systématique de mouvements sociaux. Lorsque les gilets jaunes puis les opposants à la réforme des retraites battent le pavé, ce sont les consommateurs qui désertent les...

Titres restaurant : le cartel condamné à une amende de 415 millions d’euros par l’Autorité de la concurrence !

Après quatre années d’instruction, l’Autorité de la concurrence a acquis la conviction que les quatre principaux émetteurs de titres-restaurant s’étaient bien livrés à de (nouvelles) pratiques anticoncurrentielles. Un partage du marché Entre 2010 et 2015, par l’intermédiaire de la plateforme de paiement des titres utilisée par les professionnels (la CRT), Edenred, UP, Sodexo et Natixis...

Les TPE mauvaises élèves économiques selon l’Observatoire du Financement des Entreprises (OFE)

A la lecture du dernier rapport de l’OFE, le crédit aux entreprises coule à flot à des taux historiquement bas. Dans ce réjouissement général, l’OFE ne révèle pas que la politique des taux bas et l’argent facile ne concernent que quelques heureux élus seulement. En réalité, le modèle bancaire français, unique en Europe, se fonde...