édito

Malgré le Plan de relance, la mobilisation reste de rigueur face au mur de dettes qui se dresse devant les TPE

Le SDI a largement dénoncé au nom des TPE les failles majeures du « Plan de relance » présenté jeudi dernier par le Premier Ministre.

Force est en effet de constater que, sur les 100 milliards d’euros de France Relance, rien n’est consacré aux besoins urgents des centaines de milliers de TPE placées face au mur de leurs dettes sociales, fiscales, locatives, bancaires et commerciales reportées sur les six derniers mois.

Le fonds de solidarité subsiste certes jusqu’au 31 décembre 2020… pour certaines activités seulement.

Des mesures d’abattements forfaitaires sur les charges personnelles des professionnels indépendants, ainsi que sur les charges sociales attachées aux salaires sont certes prévues… pour certaines activités seulement.

Sont notamment exclues l’ensemble des structures artisanales, commerciales et libérales contraintes de baisser le rideau faute de clients durant la période de confinement, au prétexte que leurs portes pouvaient rester ouvertes !

Sous la pression et les alertes répétées et appuyées du SDI, tant auprès des pouvoirs publics que directement auprès de la Fédération Bancaire Française, les conditions de remboursement du PGE (Prêt Garanti par l’État) ont néanmoins fait l’objet d’un encadrement strict avec un plafonnement des taux bancaires applicables à des niveaux très proches de ceux connus pour les crédits de trésorerie en février dernier.

Pour autant, le SDI ne se résout pas à ce principe mortifère selon lequel nous devrions acquitter nos dettes sociales et fiscales en leur substituant une dette bancaire, au titre d’une période durant laquelle les pouvoirs publics nous ont interdit d’exercer nos activités, nous ont privé de clientèle et de fournisseurs.

Notre action visant à obtenir des dégrèvements sociaux et fiscaux, y compris au niveau de la fiscalité locale, se justifie d’autant plus qu’une grande majorité de nos entreprises continue à payer le prix de la crise sanitaire et encore pour une période incontrôlée.

Loin de moi l’idée de désigner des responsables à cette crise, tout simplement parce qu’il n’en existe pas. Il est possible en revanche de soulever les carences des mécanismes de sécurité dans ce contexte, au premier rang desquels figurent bien évidemment les assureurs. Quant à l’État, reconnaissons que son rôle et son action durant le confinement ont permis de maintenir en sommeil l’immense majorité des structures et des emplois.

Il n’en reste pas moins qu’à l’heure de passer à la caisse, personne ne nous fait de cadeau, alors même que 100 milliards d’euros sont mis sur la table pour les entreprises moyennes et grandes.

Pire, nous continuons à subir des entraves à la reprise d’activité dans un climat anxiogène entretenu tout l’été et renforcé à la rentrée. Je pense notamment au principe du port du masque obligatoire dans les entreprises à l’appui d’un protocole administratif extrêmement complexe et mouvant en fonction des activités et des zones géographiques. Ni nos salariés ni nous-mêmes ne connaissons avec certitude les moyens utiles à mettre en œuvre, à cette différence près que nous sommes entièrement responsables devant nos salariés et les autorités de contrôle.

Pour le SDI, la vague de faillites et de licenciements annoncée n’est pas une fatalité et peut encore être endiguée. Notre mobilisation doit permettre d’obtenir les moyens de passer un cap certes difficile afin que nos entreprises puissent en 2021 participer pleinement à la relance, par l’emploi et l’investissement.

Marc Sanchez
Secrétaire Général du SDI

focus

COVID-19 : Les droits à abattement sur les cotisations sociales (ex-RSI) des professionnels indépendants – Le décret enfin paru !

Le décret du 1er septembre 2020 fixe les modalités et conditions d'abattements possibles sur les charges personnelles URSSAF des chefs d'entreprise. Vérifiez vos droits !

Remboursement du PGE (Prêt Garanti par l’Etat) : le SDI obtient des avancées décisives !

Les PGE pourront être remboursés au (faible) prix du marché. Attention toutefois au délai de prévenance qui encadre cette possibilité !

Moratoire sur l’implantation des zones commerciales en périphérie des villes : vraie mesure ou tour de passe-passe ?

Les représentants des grandes surfaces ne se sont guère émus... et pour cause !