édito

Un nouveau capitaine pour le gouvernement : le SDI maintient son cap !

Depuis plusieurs semaines courait la rumeur d’un remaniement du gouvernement. Pourquoi ce changement face aux défis qui nous attendent ? Cette option relève du choix du Président de la République et il ne nous revient pas de la commenter en tant que telle.

Après plus d’un quart de siècle d’actions, le SDI a vu passer nombre de gouvernements et plus encore de ministres et secrétaires d’État. Ce que nous avons construits jusqu’à présent ne disparaît pas pour autant, et notamment la prise en compte des TPE comme élément crucial de l’activité économique, de l’équilibre social de notre pays. J’en veux notamment pour preuve les dispositifs obtenus ces dernières années et, en dernier lieu, celui du fonds de solidarité spécialement dédié aux TPE.

Il n’en reste pas moins que chacun s’accorde à considérer que l’été marquera une période de calme relatif avant la tempête de la rentrée sur les fronts des fermetures d’activités et des pertes d’emplois. Les indicateurs économiques sur le sujet sont contradictoires, entre l’INSEE qui annonçait récemment une forte reprise de la consommation et la Banque de France qui parle d’un retour à la normale pour… mi-2022 ! Un fait reste certain : beaucoup de grandes entreprises, y compris celles fortement aidées, annoncent déjà des plans de licenciements massifs. Effet d’aubaine ou réelles difficultés anticipées ? Même l’avenir ne le dira pas.

En tout état de cause, le Baromètre post-covid des TPE mis en place depuis fin mai par le SDI démontre des chiffres d’affaires en baisse d’une année sur l’autre pour 66% des chefs d’entreprise interrogés.

Pour autant, pour le SDI, la vague de faillites et de licenciements annoncée n’est pas une fatalité, du moins en ce qui concerne nos TPE. Plus agiles, plus résilientes, après avoir déjà fait face aux mouvements sociaux de 2018 et 2019, il n’est pas question de céder au Covid-19. Malgré les doutes dont vous nous faites part en ce qui concerne l’avenir de vos activités à moyen terme, aucun d’entre vous ne baisse les bras.

Vous pourrez constater dans la présente Newsletter l’ensemble des actions mises en œuvre par le SDI pour convaincre les pouvoirs publics de l’impérieuse nécessité de maintenir a minima un filet de sécurité pour nos entreprises. Plusieurs victoires sont à mettre à notre actif, telle que la prolongation du fonds de solidarité, dans un premier temps sur le mois de juin ou encore le principe d’un abandon au moins partiel de charges URSSAF des cotisations personnelles des travailleurs non salariés. Ce dernier dispositif fera du reste l’objet sur les prochains mois d’un investissement total de nos services juridiques en soutien de nos adhérents en vue qu’ils puissent y avoir accès. Une nouvelle fois en effet, ce soutien est noyé dans un dédale de conditions administratives. A croire que tout est fait pour qu’il soit utilisé le moins possible…

Au-delà du plan de survie sur lequel nous travaillons toujours puisqu’il est en cours de discussion au Parlement, le SDI se mettra immédiatement en contact avec nos ministres de tutelle pour poursuivre ses actions sur le plan de relance.

Malgré les gouvernements successifs, le SDI maintient son cap de défense volontaire et intangible de nos TPE !

Marc Sanchez
Secrétaire Général du SDI

focus

Le SDI sur tous les fronts pour pousser son plan de survie des TPE auprès des ministères et du Parlement !

La vague de faillites et de licenciements annoncée n'est pas une fatalité ! Des actions fortes sont à mener. C'est une question de décision politique.

Le baromètre post-Covid du SDI : face à l’incertitude sur l’avenir et des chiffres d’affaires qui peinent à décoller, le SDI met la pression pour le maintien des soutiens !

Plus d’un mois après le déconfinement du 11 mai et trois semaines après celui du 2 juin, le dernier baromètre Post-Covid des TPE permet de dégager deux ensembles homogènes : Les chefs d’entreprise qui estiment être en mesure de pouvoir poursuivre leur activité malgré les conséquences financières de la période de confinement. Les chefs d’entreprises qui...

Enfin une réforme de la Médecine du travail ?

A l'issue de trop longues années de déclin, les carences de la médecine du travail se sont révélées à l'occasion de la crise du Covid-19.